Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de "Bienvenue-chez-Amélie"

Au travers de mon blog, je vous propose de vous évader à travers mes carnets de voyages. De partager le grimoire familial de recettes avec de nouvelles saveurs ! Passionnée par l'écriture et la photo...Suivez moi !!!

Un bol d'air vivifiant sur la digue à Wimereux ...

Un retour aux sources...

Wimereux rentra dans la légende, le 1er janvier 1867, c’est en effet à cette date que s’arrête le premier train de la ligne Paris-Boulogne-Calais.

On doit ce succès à Monsieur Gustave de Froissy, le beau-frère du maire en place, il flaire la bonne affaire. Il acquiert des terrains et assure la promotion de la station naissante dans le milieu artistique parisien.

Les parisiens viennent nombreux dans la station balnéaire, les villas poussent bientôt comme des champignons, les premières constructions datent de 1860, la ville compte 150 villas balnéaires, elles sont 350 en 1900 et 800 en 1914 !

Un links de 18 trous est ouvert dès 1906 afin de séduire la clientèle britannique, tandis qu’une digue-promenade est aménagée en 1927.

Le golf de Wimereux s’adosse à d’immenses espaces dunaires qui s’étendent jusqu’à l’estuaire de la Slack, face à la mer bleue, cet endroit est balayé par le vent dominant de sud-ouest.

Mais durant la seconde guerre mondiale, le mur de l’atlantique barre l’accès à la plage et la station est bombardée. Le casino est détruit mais la moitié des hôtels et des villas restant debout.

Ces villas sont très belles aucune rigueur dans les lignes architecturales mais un jeu permanent de toitures débordant de frises soulignant des lucarnes, des balcons, où l’on peut deviner la décoration intérieure de la grande maison bourgeoise.

Comme les objets évoquant la mer, au dessus d’une fenêtre, des mosaïques de faïences représentant un bateau à voile sur la mer et des mouettes, des noms de villas comme la "Brise folle" ou "La Frégate".

Cela vaut à Wimereux d’avoir conservé un front de mer de charme. Il fait bon flâner le long de la digue-promenade, entre les villas Belle Époque et l’alignement des cabines de plage.

C’est par grand vent, après un vivifiant bol d’air chargé d’embruns, il est bon de s’abriter dans une brasserie avec vue sur la grande bleue.

Je me souviens de mon dernier été sur la Côte d’Opale, sur cette digue avec cette chaleur caniculaire qui traverse la France, les glaces à peine acheter...Elles fondaient comme un champ de neige, telles les écumes en mouvement, une perpétuelle avalanche marine qui roule, gronde, explose et se repose lors de brèves accalmies que les véliplanchistes affrontent, ces éléments déchaînés avec de magnifiques acrobaties.

Les petites cabines de plage aux couleurs blanches et bleues ne sont pas grandes, dedans, on peut y poser, le bateau des enfants, des chaises longues, les jouets pour le grand bac à sable de la plage de Wimereux, loué le temps d’un été par la mairie.

Ces cabines de plage portent des noms évocateurs sur la mer ou les noms en patois des propriétaires, et puis la décoration joue la coquetterie un petit bateau, des vagues, une étoile de mer peinte sur ces maisonnettes d’été.

A marée basse, la marée permet de ramasser des petits galets en souvenir, la plage est très étendue, on cherchera à faire un trou pour avoir sa propre piscine de mer ou de jouer dans les vagues que la mer se presse de rendre.

Mais à marée haute, la plage aura disparu, la serviette ne pourra pas se mettre sur ce sable très chaud. Car la mer a submergé cette plage, c’est alors à ce moment-là que la digue est bondée de monde, les plagistes cherchent une petite place pour mettre sa serviette.

Comme le sable est englouti par l’assaut des vagues, on dit adieu aux châteaux de sable, on entend le cri des enfants qui se chamaillent pour le seul coin d’eau qui reste.

Le long de la digue, des douches ont été installées, un côté pratique quand on remonte de la plage avec le sable qui colle encore sur la peau.

La station offre en outre un bel éventail de prestations sportives comme le speed-sail, la voile, l’équitation et de loisirs comme une montée vers le ciel bleu du Boulonnais, dans une montgolfière pour une vue panoramique sur le Cap Gris Nez et Blanc Nez.

***

Un bol d'air vivifiant sur la digue à Wimereux ...

sur la digue à Wimereux ...
sur la digue à Wimereux ...
sur la digue à Wimereux ...
sur la digue à Wimereux ...
sur la digue à Wimereux ...
sur la digue à Wimereux ...
sur la digue à Wimereux ...
sur la digue à Wimereux ...
sur la digue à Wimereux ...
sur la digue à Wimereux ...

sur la digue à Wimereux ...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Comme c'est beau, ton texte nous emporte grâce à ton style d'écriture en promenade sur cette digue. A découvrir certainement un jour...
Répondre
O
Quel beau reportage, tu donnes vraiment envie d'aller y faire un tour. Dommage que je sois si loin.
Bises et bonne journée
Répondre